Photography by Eric Lafforgue FeaturedINDIGENOUSLOCALS / juillet 2014

TRIBUS DE LA VALLÉE DE L’OMO, UN LOOK ENTRE TRADITIONS ET MODERNITÉ

Photos de Eric Lafforgue
Texte de Dora Moutot

L’Éthiopie et sa la vallée de L’Omo est la région ou tout « aventurier du style » rêve de poser les pieds. La vallée de L’Omo, dans le sud de l’Éthiopie, est un des endroits du monde où il reste le plus de tribus indigènes, on compterait dans cette région plus de 200 000 autochtones. Le photographe français Eric Lafforgue (Nat géo, Lonely planet etc.) s’y est aventuré à plusieurs reprises et a ramené de magnifiques photos colorées des tribus de la vallée de l’Omo, dont le style tribal prend parfois de surprenants accents de modernité.

Barrettes en plastique « made in China » dans les cheveux, vielles montres et capsules de bière en guise de perruques décoratives, cartes sim transformées en boucle d’oreilles, maillots de foot de seconde main, les Banas, les Dassanech et les Tsemay, tribus éthiopiennes du bout du monde, agrémentent leurs looks ancestraux avec des objets et vêtements contemporains.

The Other a interviewé Eric Lafforgue pour en savoir plus sur son voyage à la découverte de ces tribus et sur leurs looks entre traditions et modernité.

 

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 1

Tribu Bana

 

Quand avez vous été en Ethiopie la première fois? Et quelle a été votre première impression?

J’ai été en Éthiopie en 1973, quand j’étais enfant. À cette époque le pays était encore sous développé, les gens se déplaçaient en calèche, les maisons étaient en torchis. J’y suis ensuite retourné en 1998 puis cinq fois depuis. J’ai vu les tribus en 2009 la première fois. Ce fut un choc positif de voir qu’à deux jours de voiture de la capitale (bientôt un jour grâce à l’autoroute) les gens avaient conservé leurs traditions. Ce qui m’a le plus surpris c’est la beauté des gens.

 

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 2

Tribu Bana

 

Faites vous beaucoup de recherche avant le départ? En Ethiopie, avant d’être sur place, aviez vous déjà une idée claire de toutes les tribus que vous vouliez prendre en photo?

Oui, j’avais lu beaucoup de reportages avant. Les tribus sont listées. Les livres de Carol Beckwith et Angela Fisher sont une bible. J’avais fait un itinéraire en fonction des marchés car c’est là qu’on voir le plus de tribus.

Comment vous déplacez vous sur place? 

Je prends un guide et un chauffeur local car dans les tribus c’est indispensable sinon, les discussions sont interminables.

 

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 4

Tribu Bana

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 5

Tribu Bana

 

Racontez nous très concrètement, comment ca se passe quand vous arrivez dans un village.

Dans les grands villages, c’est assez balisé car les touristes sont quasi quotidiens. Il faut discuter avec le chef et bien se mettre d’accord sur le prix des photos car on paye pour les photos. Ça ne me gêne pas de payer car je n’ai pas le choix de toute manière. Je paye 50 centimes d’euros pour une série de 5 ou 10 photos rapides. De quoi payer un repas pour la personne, pour une ou deux minutes de pause. Je travaille très vite.

Comment vous sentez vous sur place, est ce possible de s’intégrer où restez vous en marge comme un “voyeur”?

Comme j’amène un Polaroïd avec moi, je donne des photos et cela permet de faire de belles rencontres et de retrouver des gens au fil des années. Mais là bas la vie est dure donc faire croire qu’on crée des relations comme dans l’émission « Rendez vous en terre inconnue » est illusoire. Les gens ont besoin d argent et vous êtes souvent le porte monnaie. Mais dire que j’ai des amis, en dehors de mon guide qui est une personne désintéressée, chose rare, serait exagéré malheureusement.

 

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 7

Tribu Bana

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 8

Tribu Bana

 

Vos photos ont un coté très mode. Vous avez l’air de vous intéresser au vêtement et à l’allure. Qu’est ce que le style pour vous?

Le style est ce qui déclenche le « WOW » facteur chez moi. Je vois quelqu’un de loin, son allure, sa démarche, ses habits me poussent à la photographier.

Que pensez vous justement des designers de mode qui s’inspirent de la mode “tribale”?

J’en pense du bien car cela montre qu’ils sont curieux et ouverts au monde. Dommage qu’ils n expliquent pas plus leurs inspirations pour qu’il y ai un retour…

 

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 6

Tribu Bana

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 11

Tribu Bana

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 10

Tribu Bana

 

Avez déjà montré à ces tribus qu’en Occident, on s’inspire et on réinterprète leurs looks?

J’ai fait lire des « Vogue » et les tribus étaient très intriguées, très respectueuses du magazine aussi. Elles ne comprennent pas notre monde, notre mode de vie, donc c’ est dur d’expliquer tout cela. Les hommes sont curieux de voir les filles en maillot de bain et surpris de voir des peaux noires dans le magazine.

 

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_ tribe_ Ethiopia 3

Tribu Bana

 

Quelle est l’importance du look dans les tribus Ethiopiennes ? Y a t’il une signification? 

Primordiale! Tout est basé sur les habits. On lit tout : l’âge, la classe, mariée ou pas, la richesse.

Est-ce que vous demandez aux tribus de mettre leurs plus beaux looks pour la photo, ou sont-ils comme ca au quotidien, tous les jours de leur vie ?

Non, c’est leur quotidien. C’est ce qui est intéressant.

 

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 12

Tribu Bana

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 14

Tribu Bana

 

Savez vous quand et pourquoi les Bana ont commencé à intégrer des barrettes dans leurs chevelures ?  

Parce que des marchands chinois ont commencé à inonder le pays. C’est peu cher, coloré, sympa donc les tribus achètent. Ils se les procurent sur les marchés.

C’est amusant, ce look me rappelle une autre tribu de style beaucoup plus moderne et récente de l’autre bout de la planète: la street-tribu Japonaise « Décora », ils ornent aussi leurs cheveux de pleins de barrettes!

 

Japanesedecora

Japanese « Décora » Source: tokyofashion.com

 

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 16

Tribu Bana

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 17

Tribu Bana

 

J’ai remarqué dans vos photos qu’une jeune femme Tseymay porte aussi ces barrettes. Est ce que les tribus se « copient » en terme d’allure ?

C’est bizarre. Ils ont fait des campagnes de vaccinations chez les Mursis et du coup ils ont gardé les bouchons de seringues et en font des colliers. Les tribus ne jettent rien ! Idem pour les scratch cards de cartes sim. Ils ne se copient pas mais cherchent les opportunités.

 

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_tsemay tribe_ Ethiopia 2

Tribu Tsemay

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_tsemay tribe_ Ethiopia 1

Tribu Tsemay

 

Les Dassanech portent des capsules de bouteilles et des vielles montres en perruque. Où trouvent-ils les capsules ? Depuis quand cette « tendance » existe ?

Les capsules viennent des bars de Omorate, le gros village où ils vont au marché. Je pense que l’un deux a du avoir ça sur la tête, les touristes sont adoré, du coup tout le monde a copié pour gagner de l’argent des photos.

Peux t’on dire qu’il y a des « tendances » passagères de looks, des nouveautés, dans les tribus ?

En accessoires oui, mais pas dans les robes ou les couleurs car ils ont des codes entre tribus.

 

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_dassanetch tribe_ Ethiopia 1

Tribu Dassanech

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_dassanetch tribe_ Ethiopia 2

Tribu Dassanech

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_dassanetch tribe_ Ethiopia 3

Tribu Dassanech

 

À en croire vos photos, les tribus se ré-approprient des éléments de notre culture occidentale (ou made in China) dans leurs allures de façon très créative (Comme les t-shirts de foot, les boucles d’oreille en carte Sim), avez vous un commentaire à faire la dessus ? 

Les t-shirts de foot sont intéressants car les hommes essaient de prendre les couleurs de leurs tribus. Le fait qu’ils portent ces t-shirts n’a aucun rapport avec le foot. Mais depuis peu quelques télévisons diffusent le foot, du coup les hommes commencent a s’y intéresser. De sont des t-shirts de seconde main.

 

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 20

Tribu Bana

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_Bana tribe_ Ethiopia 21

Tribu Bana

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_football bana tribe_ Ethiopia 1

Tribu Bana

The Other_Home of Subcultures_Eric Lafforgue_football hamer tribe_ Ethiopia 2

Tribu Hamer

 

Que va t’il advenir de ces tribus avec le barrage qui se construit ?

Plus que le barrage, ce sont les autoroutes et les migrants qui développent le pays qui vont les changer. Les maladies, l’argent et la prostitution vont arriver. Pour moi d’ici 5 ans, les tribus seront totalement en contact avec la culture occidentale.

 

➜ www.ericlafforgue.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>