COUNTERCULTUREFeaturedINDIGENOUSLOCALS / juin 2016

DORA THE STYLE EXPLORER, UNE SÉRIE DOCUMENTAIRE SUR LE VETEMENT AUTOUR DU MONDE

 

Video de Sophie Pinchetti et Dora Moutot
Text de Sophie Pinchetti et Dora Moutot
Photos de Sophie Pinchetti

 

Il y a un an et demi, The Other s’est lancé dans un projet de série documentaire sur le vêtement traditionnel et contemporain dans les pays émergents intitulé :

“ DORA THE STYLE EXPLORER, la mode sous toutes ses coutures

Nous avions très envie de faire vivre le concept de The Other dans un format vidéo.

L’idée: découvrir à chaque épisode un pays à travers sa culture vestimentaire.

 

The OTHER Home of Subcultures Style Documentary_Dora The Style Explorer_EN

 

Sophie Pinchetti et moi, nous sommes lancés dans cette aventure. Nous avons décidé de produire un teaser de notre concept avec de l’argent crowdfundé, dans l’espoir, de par la suite, convaincre une chaine de télé de financer la série.

 

The OTHER HOme of Subcultures Style Docu-Photography by Sophie Pinchetti_Dora Moutot_ Atlas Morocco

Les Fondatrices de The Other. À gauche Sophie Pinchetti, à droite Dora Moutot.

 

Il y a un an, nous sommes donc partie direction le Maroc pour tourner!

 

Photography_Sophie Pinchetti_Morocco_02

Desert sur la route de Marrakech à Casablanca, Maroc. Photo Sophie Pinchetti

The Other Home of Subcultures STyle Documentary_Photography Sophie Pinchetti_Morocco

Notre visite dans le workshop d’un artisan qui teint de la laine de façon traditionelle et la tisse, Maroc. Photo Sophie Pinchetti

The OTHER HOme of Subcultures Style Docu-Photography by Sophie Pinchetti_Dora Moutot_ Marrakech

Dora Moutot explique comment le tissu a été teint dans ce rose fluo.  Photo Sophie Pinchetti

 

LE PILOTE 

Nous n’avions jamais produit de vidéos toutes seules, nous sommes à la base des journalistes papier, formées en Journalisme de la mode à la Central St Martins, mais nous aimons bien les challenges. Nous avons donc fait pleins d’erreurs, mais ce qui est sur c’est que nous y avons mis tout notre coeur.

 

The OTHER HOme of Subcultures Style Docu-Photography by Sophie Pinchetti_Dora Moutot_ Marrakech_0

Dora interview les artisans qui teignent la laine, Maroc. Photo Sophie Pinchetti

 

Guidée par une boite de production, nous avons produit un teaser professionnel, pour tenter de répondre au besoin du soi-disant marché. Le but était d’essayer de vendre un programme sur la mode, de la même façon que les programmes autour du monde sur les pratiques culinaires.

 

 

Avant de produire ce teaser, nous avons produit une première version faite avec les “moyens du bord”, super DIY, avec nos très maigres compétences en montage.

Cette première version totalement brut, beaucoup moins lisse et clean que notre teaser final, ressemble à un mini docu, à un petit pilote, un peu mal fait, avec un son de la catastrophe, mais qui donne une idée du véritable fond et de l’intention de la série.

 

 

LE DÉMARCHAGE

Nous avons ensuite passer des mois et des mois à démarcher de très nombreuses chaines de télévision : Canal +, France télé, Arte, Planete, Chanel 4, etc. Nous avons eu de nombreux rendez vous avec des sociétés de production, mais aucun débouchés.

 

- Dora n’est pas légitime, il aurait fallu une mannequin!

- Déjà que la mode ne fait pas d’audience, avec une vision aussi intello-anthropo, il n’y aura personne devant la télé. 

- Nous ce qu’on cherche en terme de mode, c’est plutôt des programmes comme “ Les reines du shopping. 

- On a déjà filmé une fashion week au Brésil, les femmes sont énormes et portent des chiffons, c’est affreux. Pourquoi ne pas plutôt s’intéresser à la mode en France? 

 

La plupart des chaines semblaient très effrayées par le sujet du vêtement, persuadées que l’audience ne suivrait pas. Où faudrait-il s’intéresser au monde du luxe et piétiner sur le terrain de Mademoiselle Agnès et de Loic Prigent, ce qui ne nous a jamais intéressés.

Cependant, certaines chaines étrangères ont été réceptives et nous ont proposé une éventuelle acquisition de contenus lorsque toute la série sera tournée. Mais comment tourner celle ci, si personne ne veut prendre le risque de mettre de l’argent pour la produire?

 

Generique-001

 

 

LA MODE AUTOUR DU MONDE

Cependant, il est évident qu’il existe une place pour ce type de sujet.

Après “Fashion Week International”, Vice vient de lancer sur sa chaine américaine la série State Of Undressqui traite du sujet de façon similaire.

Quant à Spicee, (avec qui nous avons eu un gros différent avec échanges entre nos avocats), ils ont lancés sur leur site web, une série du nom de “Fashionista de l’extrême” .

De son coté, I-D a lancé une série intitulée « Beyond beauty » qui explore les différentes façons de voir le monde de la beauté autour du monde.

Il existe donc un intérêt et une curiosité évidente pour les modes et les tendances des pays plus ou moins lointains.

Malheureusement, sans financement de la part d’une boite de production ou d’une chaine de télévision, Sophie et moi ne sommes pas en capacités de financer un tel projet.

 

Ci-dessous, vous trouverez les détails de notre concept.
Si jamais vous souhaitez collaborer en tant que producteur, marques, mécènes, chaines ou autres, n’hésitez pas à nous contacter.

Nous ne regrettons rien à cette aventure, au moins nous avons essayé!
Nous souhaitons particulièrement à remercier Clément Sollier et Lou Assous pour leur aide au niveau du montage et Deborah et Akuelu pour la création originale de la musique.



———————————————————————————————————————————————–

The OTHER Home of Subcultures Style Documentary_Dora The Style Explorer_EN

CONCEPT

En route pour le Fashion Road trip!

“Dora, The Style Explorer, le Monde sous toute ses coutures” est un magazine documentaire de 12×28 sur la mode et le vêtement autour du monde, présentée et incarnée par Dora Moutot.

Dora nous fait voyager à travers les garde-robes de la planète dans des pays où mode contemporaine et mode traditionnelle coexistent et s’influencent encore perpétuellement. Elle nous emmène à la source d’inspiration pour de nombreux designers de mode occidentaux.

 

The OTHER Home of Subcultures Style Documentary_peru vogue

Gauche: Femme indigène Quechua, Pérou. Droite: Vogue Paris Avril 2013.

 

Pour nous, le vêtement est synonyme de voyage. C’est une porte d’entrée vers de nombreux univers. S’intéresser au look et à la mode autour du monde est une façon de s’intéresser aux autres et de rentrer dans leur culture, par la “petite” porte: la porte de leur placard et de leurs tiroirs.

À chaque épisode, vous découvrez et pénétrez la culture d’un pays, à travers ses différentes facettes vestimentaires. De l’Inde au Pérou en passant par le Maroc ou le Vietnam, Dora va à la rencontre de designers émergents, trendsetters — ces personnes influentes qui font ou établissent la mode — mais aussi membres de tribus, artisans et historiens du vêtement. Nous retraçons les liens entre ces univers à travers des images de collections contemporaines, des archives, et toutes les rencontres hautes en couleur qui égrènent son chemin.

Le concept sera transmédia: il se déclinera en télé et sur Internet. La série télé “Le Monde sous toutes ses coutures” aura sa propre plateforme web accompagnée d’un blog et d’un E-Shop. Le E-shop proposera à la vente des articles de mode et d’artisanat achetés dans les pays présentés dans la série.

 

LES VALEURS & THÈMES DE LA COLLECTION

 

Pyjama Djellaba de Instagram de Joseph Ouechen

Le style Pyjama Djellaba, populaire chez les Femmes au Maroc. Photo Joseph Ouechen (Instagram)

 

1/ ENVISAGER LE VÊTEMENT COMME UN ÉLÉMENT DE CULTURE AU LIEU D’UN PRODUIT

Nous voulons nous éloigner de la vision uniforme et ethno-centrée du corps et du vêtement que nous offre aujourd’hui les médias. Le vêtement est rarement présenté comme une porte d’entrée dans l’imaginaire des gens ou comme le reflet de leur culture et de leur vie, le vêtement est souvent présenté comme une porte d’entrée vers leur porte-monnaie. Nous souhaitons parler de mode en tant que culture et non pas uniquement en tant que produit de consommation.

Nous parlerons de culture vestimentaire, de création, d’artisanat, d’histoire et d’anthropologie à travers la mode. Nous souhaitons apporter un autre regard, plus ouvert sur le monde et ses modes.

 

Left:  A woman from the Long-Neck Karen tribe in Thailand. Right: Jean Paul Gaultier A/W 2010

A gauche: La tribu Karen (Thaïlande). A droite: Jean Paul Gaultier A/W 2010.

 

2/ REMONTER AUX SOURCES DE L’INSPIRATION

Fashion from around the globe_01Voici notre constat: les créateurs de mode occidentaux s’inspirent des cultures vestimentaires du monde. La mode a besoin de perpétuellement se réinventer, le rythme des collections est rapide et les créateurs sont assoiffés d’images et d’inspirations. Ils puisent dans l’héritage culturel de la planète.

 

Morocco Vintage Postcard282 Berber

En haut: Tribu Massai; Christian Dior Haute Couture SS 1997 par John Galliano. Cette photo: Femme berbère au Maroc à un mariage, 1950; carte postale vintage. En dessous: La tribu Asgarda d’Ukraine; Gareth Pugh AW 2013.

Fashion from around the globe 02-1

Ce processus de recherche d’inspiration est une étape fondamentale de création dans l’industrie de la mode. Mais les créateurs ne sont pas toujours transparents sur leurs sources d’inspirations et les médias ne s’intéressent pas aux processus de création. Nous souhaitons mettre en évidence les liens entre la mode des défilés et les cultures vestimentaires du monde, en vous montrant les savoir-faires, les folklores et les artisanats. Derrière un pantalon Prada ou Chanel, peuvent se cacher de multiples histoires et de nombreuses sources d’inspiration! Retraçons le chemin et les sources de la mode et des défilés!

 

 

3/ APPORTER UN REGARD PLUS OUVERT SUR LA CRÉATION DANS LE MONDE

Nous voulons faire découvrir des nouveaux talents contemporains de mode dans des pays émergents. Il y a aujourd’hui 138 Fashion Weeks dans le monde et pourtant la plupart des médias n’en suivent que 4: Paris, Londres, Milan, New York. Nous souhaitons ouvrir les yeux aux gens sur la création de mode sans frontières.

L’Inde et la Chine sont par exemple des pays qui se développent à toute allure, le goût va changer car la puissance créative va se déplacer vers de nouveaux continents.

 

DUO-1-STYLE-02

À gauche: Design par le designer marocain Amine Bendriouich pour le project RESEEN À droite: Femme au Maroc, 1910 – Carte postale vintage

 

4/ EXPLORER LES LIENS ENTRE LA MODE CONTEMPORAINE & TRADITIONNELLE

Nous souhaitons explorer les liens et les confrontations entre la mode contemporaine et traditionnelle qui peuvent exister dans un même pays. Les pays émergents ont souvent une mode traditionnelle encore forte et une scène en devenir de créateurs contemporains.

Est-ce que la mode contemporaine locale rejette ou au contraire s’inspire de son folklore vestimentaire? Est-ce que les techniques ancestrales sont utilisées par les jeunes designers contemporains? Y-a t-il des liens, des fusions? Ou au contraire est-ce deux mondes qui s’ignorent ou s’affrontent?

 

facekini-11[5]

Femmes qui portent des masques de nylon à la plage de Qingdao en Chine, province de Shadong. Photo Aly Song/Reuters

5/ CONFRONTER LES CULTURES ET LES CANONS DE BÉAUTÉ

Nous souhaitons remettre en question nos valeurs mode et beauté occidentales en les comparant à d’autres modes autour du monde. Quelques exemples:

En France, on adore avoir la peau bronzée. Alors que dans l’est de la Chine, avoir le visage bronzé n’est pas bien vu car il peut faire penser qu’on travaille en tant qu’ouvrier, toujours dehors. Avoir le visage blanc est un canon de beauté. C’est pourquoi les Chinois portent à la plage des Facekinis, des masques de protection pour le visage.

En France, porter le voile est mal vu, on l’associe à quelque chose de triste et dangereux. Cependant le voile peut être porté de façon joyeuse, colorée et même provocante! En Indonésie, il existe une véritable communauté de “hijabers”, des fashionistas qui n’hésitent pas à faire de leur voile un véritable accessoire de mode.

 

mtumba

Un homme vend des jeans de seconde main dans le marché du Mitumba à Nairobi au Kenya. Photo Simon Maina

 

6/ QUESTIONNER L’IMPACT DE NOTRE CONSOMMATION

Nous nous questionnerons sur les impacts de notre consommation de mode occidentale sur les pays émergents que nous visiterons.

Par exemple, au Kenya, 100 000 tonnes de vêtements de seconde main sont importés des pays occidentaux chaque année. Beaucoup des vêtements dont nous nous débarrassons servent à habiller les Africains, ce sont les vêtements que nos boutiques vintage et nos boutiques Emmaüs estiment invendables en Europe.

 

In early 2014, shoppers in the UK found labels stitched into her Primark dress: "Forced to work exhausting hours". One year before, the Bangladeshi Rana Plaza factory for global brands such as Primark collapsed killing 1100 people, causing widespread concern about the lack of regulations in place to protect workers.

En 2014, cette étiquette a été trouvé cousue sur une robe Primark. Un an avant, l’usine du Rana Plaza au Bangladesh, qui produisait pour des marques occidentales comme Primark s’écroulait et tuait 1100 personnes.

 

Une mode verte et éthique commence à se développer, peu à peu les consciences s’éveillent. Dans le futur, on peut imaginer que la notion de luxe sera associée à la notion d’éthique, de développement durable et de la traçabilité du vêtement. Nous croyons à ce mouvement, nous souhaitons y contribuer et promouvoir la mode de pays émergents à travers notre projet de E-shop en vendant des vêtements de jeunes créateurs et de l’artisanat local que nous découvrirons lors de nos reportages en faisant du commerce équitable.

 

The Other Home of Subcultures Style Documentary_Photography Sophie Pinchetti_Morocco-02

Les mains d’un artisan Marocain tachées par des pigments naturels, Marrakech, Maroc. Photo Sophie Pinchetti

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>